Connect with us

Gueew bi

Engagement des lutteurs à hauteur de 1.000 F CFA : les acteurs crient au scandale

Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui.

Published

on

Photo: Shutterstock

La décision du Comité national chargé de la Gestion de la lutte (CNG) a eu l’effet d’un coup de massue sur la tête des compétiteurs qui évoluent en lutte simple, notamment. Désormais, pour participer à un tournoi, les lutteurs sont tenus de s’acquitter de la somme de 1.000 frs sous forme d’engagement. Il n’en fallait pas plus pour soulever un tollé dans le camp des lutteurs (les principaux acteurs), de leur staff, des amateurs et accros de lutte traditionnelle sans frappe. Hormis le caractère unilatéral de cette mesure à laquelle aucune des composantes de la lutte n’a été associée, on peut l’assimiler à une seconde mise. Suffisant pour susciter un débat dans le milieu de la lutte traditionnelle sans frappe où le camp du Non est largement majoritaire. Pour d’aucuns, le CNG ne saurait se glorifier d’une telle mesure qui lui rapporte, pour tout et en tout, la somme de 32.000 frs, le nombre de lutteurs autorisés à participer à un tournoi de lutte étant fixé à 64.000. Avec la catégorisation des compétiteurs (lourds et légers) pour les tournois dont la mise dépasse 2.000.000 frs, il peut se retrouver avec le double, soit 64.000 frs. Qu’à cela ne tienne, semble dire le CNG. L’une de ses voix les plus autorisées, le Pr Raymond Diouf, en l’occurrence, trouve la décision légitime.
Selon le 2e vice-président chargé de la lutte traditionnelle sans frappe, le CNG n’a pas besoin de l’avis des autres composantes de la lutte pour prendre certaines décisions. Cela remet au goût du jour une vieille revendication de ces dernières, et plus particulièrement les lutteurs ou leurs représentants qui s’offusquent toujours de leur mise à l’écart à chaque fois qu’il s’agit de prendre une décision importante les concernant. Ils sont toujours mis devant le fait accompli. Leur statut d’acteurs de la lutte penche plutôt pour leur présence dans toutes les instances de décision où leurs avis devraient être pris en compte.

Babacar Simon FAYE ')}

Actu en images

De retour d’Espagne: Modou Lo atterrit en Gambie

Published

on

De retour d’Espagne, Modou Lo a préféré descendre à l’aéroport de la Gambie plutôt celle de l »AIBD pour brouiller les pistes et ainsi échapper aux pratiques mystiques du camp de Balla Gaye 2. Ndèye Coumba FALL, envoyée spéciale en Gambie

Continue Reading

Actu en images

La nouvelle forme physique du Lion de Guédiawaye

Published

on

By

Continue Reading

Gueew bi

Saison de lutte 2017-2018: Quel promoteur pour ouvrir l’arène nationale ?

Published

on

By

Cette saison de lutte, les férus de lutte seront impatients de se rendre dans le tout nouveau joyau de 32 milliards construit pour notre sport national : l’arène nationale. Si lors de la défunte saison, le promoteur Pape Thialis Faye avait marqué l’arène avec de grosses affiches organisées à Dakar, Diourbel, Fatick, Guédiawaye… Cette saison, les amateurs de lutte se demandent quel promoteur va marquer l’arène avec à la clef, le premier combat inaugural à l’arène nationale. Reste à se demander qui des promoteurs : Gaston Mbengue, Pape Thialis Faye, Luc Nicolai ou Pape Abdou Fall va ouvrir l’arène nationale.

Ndèye Coumba FALL

Continue Reading

Actualites

Copyright © 2018 LEEWTOO PRODUCTION.